Pas assez productif, le robot-salarié se fait renvoyer du supermarché

Indications inutiles, clients ignorés, distribution d’échantillons oppressante : la pige du robot « Fabio » à l’entrée d’un supermarché écossais s’est vite transformée en fiasco.

The 2017 New Yorker TechFest
NEW YORK, NY – OCTOBER 06: Pepper the robot attends the 2017 New Yorker TechFest at Cedar Lake on October 6, 2017 in New York City. Brian Ach/Getty Images for The New Yorker/AFP

Conçus pour accomplir automatiquement des tâches imitant des actions humaines grâce à une intelligence artificielle et de nombreux capteurs, les robots occupent une place grandissante dans la société. Stars des salons technologiques, ils investissent de plus en plus de pans de l’industrie. Il n’est plus rare de les apercevoir dans des établissements de santé spécialisés ou dans les maisons de retraite. Les robots intelligents et les exosquelettes sont de plus en plus nombreux dans les usines. Les drones-livreurs sillonnent déjà le ciel et les robots d’accueil investissent de plus en plus de lieux de passage commerciaux.

Mais la crainte de les voir voler le travail des humains est peut-être encore un peu prématurée tant la cohabitation avec les hommes n’est pas toujours de tout repos. Elle peut même parfois s’avérer particulièrement mouvementée. Dernière illustration à Édimbourg, en Écosse, où un robot humanoïde Pepper, dont la particularité est d’être capable d’interpréter les émotions humaines, a récemment été licencié d’un supermarché local après seulement quelques jours de service, rapporte le Telegraph.

Pas aussi compétent que prévu

Programmé par des scientifiques de l’université Heriot-Watt d’Édimbourg, le robot Fabio devait faire la démonstration de ses capacités à l’accueil d’un magasin de la chaîne Margiotta dans le cadre de l’émission Six robots and us réalisée par la BBC. L’expérience a finalement tourné au cauchemar.

Chargé d’indiquer l’emplacement des produits aux clients, Fabio s’est montré incapable de répondre correctement à leurs demandes. Perturbé par le brouhaha du supermarché, il n’est pas parvenu non plus à distinguer les remarques qui lui étaient adressées du bruit ambiant. Reprogrammé pour distribuer des échantillons aux clients, Fabio ne s’est, là encore, pas montré aussi compétent que prévu, s’avérant même moins productif qu’un humain chargé de la même tâche.

Le directeur du supermarché s’est finalement résolu à mettre un terme à la période d’essai du robot, que les clients semblaient éviter à la longue. Malgré ces déboires, Fabio devrait rapidement reprendre du service auprès d’une autre entreprise. Conçu par la start-up française Alberdaran, rachetée il y a cinq ans par le géant japonais SoftBank Robotiks, le robot Pepper est déjà testé dans des gares SCNF et des établissements bancaires pour renseigner les clients. Selon SoftBank, 10.000 robots développés par SoftBank sont utilisés à travers le monde.

Contacté par RTL Futur, SoftBank Robotics Europe rappelle qu’il s’agissait « d’une expérimentation menée dans le cadre de la recherche » et souligne que « Pepper n’a pas été viré » car « l’expérience arrivait tout simplement à son terme ».

Quand les robots déraillent

Les robots ne sont pas infaillibles. En Chine, des robots serveurs avaient déjà été licenciés d’un restaurant incapables de servir correctement les plats aux clients. En Russie, Promobot IR77, un gros robot humanoïde programmé pour guider des gens dans les villes et les bâtiments s’était échappé de son laboratoire, pendant que le chercheur chargé de s’occuper de lui s’était absenté, avant de semer la pagaille sur les routes à proximité du labo.

Source : rtl.fr