Bientôt une «redevance universelle» pour financer l’audiovisuel?

Le président de Radio France propose également la création d’« un fonds d’aide à la transition numérique et à la transformation des organisations »…

Bientôt une «redevance universelle» pour financer l’audiovisuel?

L’idée n’est pas nouvelle. Le président de Radio France Mathieu Gallet a défendu ce dimanche dans une interview au JDD la mise en place « d’une redevance universelle et automatique » pour financer « les indispensables mutations » de l’audiovisuel public.

« Une idée pourrait être d’instituer une redevance universelle et automatique, chaque foyer fiscal contribuant à cet effort, comme c’est le cas en Allemagne ou en Suisse », a expliqué Mathieu Gallet qui, avec les PDG de France Télévisions, de l’INA, de TV5 Monde et de France Média Monde, a été chargé par le gouvernement d’une réflexion sur une réforme de l’audiovisuel public.

« Le chantier de la réforme de la redevance s’impose »

« Aujourd’hui, la redevance est payée par les personnes qui déclarent posséder un téléviseur, or cela n’a plus de sens compte tenu des modes de consommation des médias actuels », a-t-il ajouté. « Le chantier de la réforme de la redevance s’impose » pour « en financer les indispensables mutations ».

Pour que cette future redevance universelle soit bien utilisée pour ces réformes, il propose la création d’« un fonds d’aide à la transition numérique et à la transformation des organisations ». « C’est ce qui s’est passé pour le renouvellement des salles de cinéma en France et c’est un succès », a ajouté le président de Radio France.

Mathieu Gallet envisage également que les pouvoirs publics incitent « les acteurs français, privés comme publics, à travailler ensemble ». « Nous sommes tous confrontés à l’émergence de nouveaux acteurs mondiaux disposant de moyens colossaux », a expliqué Mathieu Gallet donnant comme exemple le développement « d’un player commun qui diffuserait l’ensemble de nos programmes, comme le fait Hulu aux États-Unis », pour « faire rayonner nos contenus en utilisant tous les modes de diffusion du numérique ». Une démarche qu’il qualifie de « média global ».

Source : 20minutes.fr