Carrefour : malgré les licenciements, l’ex-patron du groupe recevra une prime de 900 000 euros

Georges Plassat a dirigé l’entreprise entre 2012 et 2017. Il devrait percevoir près d’un million d’euros pour bons résultats alors que l’entreprise s’apprête à licencier.Carrefour : malgré les licenciements, l’ex-patron du groupe recevra une prime de 900 000 euros

Pour certains c’est la « prime de trop ». Jeudi, 20 Minutes rapporte que Carrefour a prévu de verser à Georges Plassat près de 900 000 euros. L’ancien dirigeant du groupe entre 2012 et 2017 devrait ainsi percevoir une « part variable » de 896 593 euros précisément et ce en lien avec les bons résultats enregistrés par l’entreprises en 2017, précise le site. Mais l’annonce fait polémique car en janvier dernier, l’enseigne a annoncé un plan de suppression d’emplois. Quelque 2 400 personnes pourraient donc devoir quitter l’entreprise, sur les 10 500 salariés du groupe.

Alexandre Bompard, nouveau patron de Carrefour, avait précisé que ce plan de départ serait fondé sur la base du volontariat. Peu de temps après, le chef d’entreprise avait annoncé que 273 anciens magasins Dia allaient également fermer ou être cédés. Une annonce qui entraîne un plan social pour 2 100 salariés. À ce jour, Carrefour n’a toujours pas trouvé de repreneurs pour 243 de ces magasins.

Dans ce contexte bien particulier, la décision de verser près d’un million d’euros à Georges Plassat semble avoir du mal à passer. « Alors que des mesures de suppression d’emplois sont en cours dans le groupe Carrefour, le PDG se permet une rallonge d’un million d’euros sur le dos des salariés », a réagi sur Twitter l’un des bureaux de la CGT.

George Plassat dispose déjà d’une retraite à vie, versée par Carrefour. Montant : 517 810 euros par an, rappelle 20 Minutes. Le site précise que la part variable qui sera versée à l’ancien PDG a été validée par les actionnaires du groupe le 15 juin dernier. Ces quelque 900 000 euros viennent s’ajouter aux 13,2 millions d’euros perçus par Georges Plassat lors de son départ en 2017, selon les informations du site Libération.

Source : Capital