Ces néo-nazis niçois qui sévissent en toute impunité sur le web et dans les rues de la ville

Les communistes niçois demandent la dissolution de « Nice Nationaliste ».

image-nice-nationaliste

Ces héritiers de l’Œuvre française, un mouvement qui se revendique fasciste et qui a été interdit en 2013 après la mort du jeune Antifa Clément Méric, prospèrent à Nice depuis plusieurs années. En toute impunité.

Sur ses comptes Twitter, Facebook ou Telegram suivis par plusieurs centaines de personnes, ce groupuscule d’ultra-droite fait l’apologie du IIIe Reich, commémore l’anniversaire de la mort d’Hitler et célèbre Mussolini comme « le plus grand homme d’État italien du XXe siècle. »

Dans la ligne de leurs maîtres en propagande, Yvan Benedetti (ancien patron de l’Œuvre française et porte-parole du parti nationaliste français) et Ryssen (plusieurs fois condamné pour ses propos antisémites), les membres de « Nice nationaliste » déversent leur haine des juifs, des immigrés, des migrants, des gays, etc.

Christian Estrosi insulté, une militante PCF injuriée

Sur leur chaîne YouTube, ils se mettent en scène, défenseurs de la « race blanche », visages masqués par des pastilles ou des têtes de mort, et paradent en serial colleurs d’autocollants dans les rues de Nice, de la place Garibaldi au lycée Masséna.

Sur une vidéo publiée il y a quelques semaines, ils n’hésitent pas à insulter le maire de Nice, Christian Estrosi.

Mais leur cible préférée reste la « racaille rouge », les communistes. Sur leur page Facebook, ils revendiquent implicitement la dégradation des locaux des jeunes communistes, rue François-Guisol, des faits qui remontent au mois de juin dernier.

Et, c’est la goutte qui fait déborder le vase pour le PCF niçois, le 17 août, « Nice Nationaliste » a posté une photo d’une militante féministe accompagnée d’un commentaire injurieux.

Les communistes annoncent qu’ils vont déposer plainte. Dans un communiqué, Philippe Pellegrini, représentant de la section niçoise s’« étonne de l’absence de réaction des pouvoirs publics, élus locaux et représentants de l’état face à l’avalanche de délits caractérisés » et demande « des poursuites judiciaires, la dissolution de ce groupe, la fermeture de leurs comptes sur les réseaux sociaux. »

Source : nicematin.com