C’est prouvé ! Après 40 ans, il ne faudrait plus travailler que 3 jours par semaine !

Une étude australienne et japonaise menée sur la productivité des employés quadra démontre qu’un temps de travail réduit à 25h hebdomadaires serait optimal.

C’est prouvé ! Après 40 ans, il ne faudrait plus travailler que 3 jours par semaine !

Travailler moins pour être plus efficace ? Bien que cette possibilité fasse rêver plus d’un employé, le gouvernement comme les entreprises ne voient pas les choses de cet oeil. Pourtant la science semble corroborer ce principe, mais à partir d’un certain âge seulement. Des chercheurs japonais et australiens ont en effet démontré que passé 40 ans, une réduction du temps de travail, de 5 à 3 jours par semaine environ, permettrait aux salariés concernés d’être plus performants.

Cette étude, publiée dans la revue spécialisée Melbourne Institute Worker Paper Series et menée par le Professeur Colin McKenzie, de l’université de Keio, au Japon, en collaboration avec une équipe de l’université de Melbourne, se base sur des tests cognitifs (mémoire, perception, lecture à voix haute, raisonnement, etc.) réalisés en Australie auprès 3 000 hommes et 3 500 femmes de plus de 40 ans au cours de leur activité professionnelle. Les scientifiques ont pu observer que leur capacités cognitives augmentaient au fil des heures, avant de décroître considérablement.

30h, pas plus !

Les meilleurs résultats ont été enregistrés chez les employés entre 25 et 30h de travail, après quoi, leur performance décline et ils sont plus sujets à la fatigue et au stress qui les empêchent d’être véritablement efficaces. Les capacités intellectuelles et cognitives des personnes à la tâche pendant 55h par semaine, en revanche, étaient semblables à celles de retraités ou de chômeurs.

​ »Le travail peut être une arme à double tranchant car il peut stimuler l’activité cérébrale, mais les longues journées de travail peuvent causer de la fatigue et du stress qui endommagent potentiellement les fonctions cognitives« , explique le Pr McKenzie au Time.
Alors que de nombreux pays repoussent toujours plus l’âge de la retraite, il insiste sur le fait qu’un temps de travail adapté permettrait de mieux maintenir les fonctions cognitives des individus en deuxième partie ou en fin de carrière et ainsi, d’optimiser leur performance. « Cela signifie que pour ces personnes, un temps partiel sera plus approprié. » Bien évidemment, si ce cas de figure peut laisser rêveurs certains, il ne faut pas oublier que moins de temps = aussi moins d’argent et que si ne travailler que 3 jours par semaine aide à garder au top les capacités intellectuelles, cela va également réduire le pouvoir d’achat et le niveau de vie. Cerveau ou porte-monnaie, il faut choisir !

 Source : Au Féminin