Danemark : Des étudiantes démontrent que les ondes WIFI sont dangereuses

Des lycéennes danoises ont soumis des graines de Cresson à des ondes Wi-Fi durant douze jours afin de déterminer leurs effets sur le développement de certains végétaux. L’impressionnant résultat de l’expérience a poussé les scientifiques à se pencher sur la question.

Danemark : Des étudiantes démontrent que les ondes WIFI sont dangereuses

Un groupe de cinq lycéennes a mené une expérience simple mais inventive mettant en évidence l’impact des ondes Wi-Fi sur le développement de certains végétaux. Le résultat, aussi surprenant qu’effrayant, a suscité l’intérêt d’un certain nombre de chercheurs . Elles ont d’ailleurs remporté le concours «Jeunes Chercheurs» pour leur découverte.

Tout commence au Lycée d’Hjallerup au Danemark. Cinq élèves rencontrant des difficultés pour se concentrer en classe se demandent si il n’y aurait pas un lien entre leurs problèmes et le fait qu’elles dorment avec leurs téléphones à côté de leurs têtes : «nous pensions que les problèmes de concentration à l’école et parfois d’insomnie venaient du fait que nous dormions avec nos téléphones portables à côté de notre tête».

De cette intuition leur est venue l’idée d’élaborer une expérience. Elles décidèrent alors d’exposer une semence de Cresson à des ondes Wi-Fi et d’en conserver une autre à l’écart de toute radiation. Avec une rigueur exemplaire, elles ont fait attention a donner la même quantité d’eau et de soleil aux plantes pendant douze jours. Elles ont réparti les graines de cresson dans douze assiettes déposées dans deux chambres, dont une exposée aux ondes Wi-Fi d’un routeur de la norme IEEE 802.11g.

Après douze jours, voila le résultat :
(crédit photo : les petites chercheuses)
La première image montre le Cresson conservé à l’abri des ondes Wi-Fi, on voit qu’il s’est développé normalement et a l’air sain. L’image en-dessous montre les graines exposées au Wi-Fi, on note qu’elles ont peu voire pas du tout germé, certaines ont même muté…

Les lycéennes étaient les premières surprises par ce résultat, elles ne s’attendaient pas à ce que leur expérience marche aussi bien : «c’est vraiment effrayant d’observer un effet aussi flagrant et nous avons été vraiment frappées par de tels résultats.» Elles n’étaient pas les seules, leur travail a tout de suite attiré l’attention de plusieurs spécialistes du domaine à travers l’Europe, notamment en Suède, au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas.

Olle Johansson, professeur à l’institut Karolinska de Stockholm ne tarit pas d’éloges au sujet des petites chercheuses en herbe : «dans les limites de leurs compétences, les filles ont mis sur pied et documenté un travail d’une grande élégance. La richesse de détails et de précisions est exemplaire, le choix du Cresson est très intelligent, et je pourrais continuer mes éloges.»

Ou encore : «J’espère sincèrement qu’elles travailleront dans la recherche, parce que je pense vraiment qu’elles ont un talent naturel pour cela. Personnellement, je serais ravi de voir ces gens dans mon équipe.»

Il est vrai que ces lycéennes Danoises ont tout de même mis en évidence les effets du Wi-Fi sur la nature. Si il reste difficile de prouver que ces ondes sont à l’origine de cancers ou d’autres maladies humaines, les effets sur les végétaux révélés par cette expérience ont de quoi alimenter à juste titre le discours des défenseurs de l’écologie.

Une expérience qui pourrait en motiver certains à se pencher sur les méthodes de connexion alternatives. Notez également que les filles ne dorment plus à côté de leurs téléphones et veillent sérieusement à bien éteindre leurs ordinateurs depuis…

Pour ceux que ça intéresse, les deux rapports détaillés de l’expérience : Rapport 1/Rapport 2

Source : cnetfrance.fr