Les députés seront remboursés jusqu’à 1200 euros pour un logement à Paris

A partir du 1er janvier, les députés pourront louer des logements dans la capitale… et se faire rembourser par l’Assemblée nationale.

Les députés seront remboursés jusqu’à 1200 euros pour un logement à Paris

Cette nouvelle mesure serait plus économique que les nuits d’hôtel, selon le questeur de l’Assemblée nationale, Florian Bachelier. Dans une lettre envoyée aux députés, et que l’Opinion s’est procurée, l’élu de La République en marche a averti ses collègues de cette nouvelle option d’hébergement. Il souhaite ainsi « améliorer leurs conditions de vie et de travail« .

Jusque-là, les parlementaires avaient le choix entre trois options: le bureau avec couchage, une chambre dans la résidence de l’Assemblée ou l’hôtel, plus coûteux, selon Florian Bachelier, que la location d’un appartement.

Une option moins onéreuse

Les députés sont actuellement 250 à disposer d’un bureau « avec possibilité de couchage ». « Les autres -à l’exception des 54 députés de Paris et de la petite couronne- peuvent accéder à l’une des 51 chambres de la résidence de l’Assemblée », écrit le quotidien. Reste les 222 potentiels autres qui peuvent bénéficier du remboursement de leur nuit d’hôtel, à hauteur de 200 euros.

En comparaison, la location d’appartement est donc « beaucoup moins coûteuse pour le budget de l’Assemblée » tout en « en finissant avec le nomadisme inconfortable » des hôtels, écrit le questeur.

De nouveaux avantages actés « en catimini »

Reste à déterminer le montant de ces locations. « Certains députés évoquaient l’option de locations de courte durée, d’appart-hôtels ou de studios, en fixant un plafond de 1 200 euros par mois », expliquait-il à franceinfo le mois dernier. Le montant a été retenu par Florian Bachelier, qui précise qu’au-delà, le surplus sera remboursé au titre de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM).

LIRE AUSSI >> Une députée LREM payée 5000 euros par mois se plaint de manger « pas mal de pâtes »

L’Opinion révèle également d’autres nouveaux avantages actés « en catimini » par les questeurs de l’Assemblée, le 5 décembre dernier. Outre cette mesure, les députés bénéficieront également d’un forfait unique de 18 950 par an pour le courrier, le téléphone et le taxi. Une enveloppe globale, donc moins transparente. Par ailleurs, la prise en charge par l’Assemblée des frais de taxi ou de VTC a été étendue sur l’ensemble du territoire, alors que ce n’étaient le cas jusque-là que pour Paris et la petite couronne.

Source : L’Express