“Les enfants nés avant 1987 ne devraient pas avoir survécu.”

Les enfants de 2017 n’ont plus grand chose à voir avec ceux de 1987. En trente ans, tout a changé. L’environnement n’est plus le même, les jeux ne sont plus les mêmes, les libertés ne sont plus les mêmes. En fait, les mômes ont perdu en autonomie et, ce constat, Stev Marcotte le regrette plus que tout. Il le regrette tellement qu’il a même poussé un petit coup de gueule sur Facebook. Résultat ? Plus de 60 000 réactions à travers le monde en 5 jours à peine ! Apparemment, son opinion est loin d’être isolée…

enfants-nes-avant-1987

Le coup de gueule nostalgique qui cartonne sur Facebook.

Stev Marcott ne se reconnaît pas dans la nouvelle génération. Ce Canadien a posté le 5 août dernier un long post sur Facebook dans lequel il donne son point de vue sur ces enfants qui n’ont, selon lui, plus rien à voir avec celui qu’il a été.
« Selon plusieurs spécialistes, tous les enfants qui sont nés dans les années 50, 60 , 70 et même 80 jusqu’à 1987, ne devraient pas avoir survécu.

Nos lits étaient multicolores avec des peintures contenant du plomb ou d’autres produits toxiques. Il n’y avait pas de sécurité enfant sur les armoires et les bouteilles de médicaments. Nous pouvions faire du vélo sans casque. Nous buvions de l’eau à même le tuyau d’arrosage, pas d’une bouteille stérile. Nous mangions des petits gâteaux, du pain et du beurre. Nous buvions des sodas qui contenaient beaucoup de sucre. Mais nous n’étions pas en surpoids parce que nous étions toujours en train de jouer à l’extérieur.

Nous quittions la maison le matin et nous passions la journée dehors, tant que nous étions rentrés lorsque les lumières des lampadaires s’allumaient. Personne ne pouvait nous rejoindre, et ce, toute la journée. Des smartphones? Nous n’avions même pas de cellulaire ! Pas de Playstation, pas de Xbox, pas de centaines de chaînes sur la télévision, pas de laptop, pas de tablette. Notre Facebook, c’était vraiment un visage et un livre. Nous avions des amis. Il fallait aller dehors pour les retrouver. Nous jouions au ballon et il arrivait parfois que le ballon nous fasse mal.

Nous sommes tombés d’un arbre, nous avons été coupés, nous nous sommes cassé des os et des dents et il n’y avait aucune poursuite pour ces incidents. Personne n’était responsable à part nous. Vous vous souvenez des accidents? Nous avions des bagarres, nous nous donnions des coups de poing, nous avions un oeil au beurre noir et nous avons appris à surmonter tout cela.

Nous inventions des jeux avec des bâtons et des balles. Nous pouvions sortir à pied ou en vélo pour aller chez un copain, même s’il habitait à plusieurs kilomètres, frapper à sa porte ou simplement rentrer chez lui pour l’inviter à jouer avec nous. Nous avions des épreuves de sélection et ce n’est pas tout le monde qui faisait partie de l’équipe. Ceux qui n’étaient pas choisis devaient apprendre à gérer leur déception.

Certains étudiants étaient moins bons, ne réussissaient pas un examen et devaient refaire la même année scolaire. Les tests n’étaient pas adaptés à qui que ce soit, peu importe la raison. Nous étions responsables de nos actions. Nous savions qu’il y aurait des conséquences. Des parents qui nous sortent du trouble quand nous avions fait quelque chose de mal à l’école ou aux yeux de la loi ? C’était du jamais vu ! Ils étaient toujours du bord de l’école ou de la loi ! Imaginez ça !

Nous sommes devenus des adultes capables de prendre des risques, des inventeurs, des entrepreneurs. Nous avions la liberté, l’échec, le succès et la responsabilité. Nous avons appris à gérer tout cela !

Les jeunes, inspirez-vous de ça. »