Les enfants non vaccinés « ne rentreront pas à l’école », prévient Agnès Buzyn

Les députés ont voté mercredi l’extension de l’obligation vaccinale à onze vaccins à partir du 1er janvier, contre trois actuellement

ce990d2a2dc5b950c11092507f717e39-627×418

Les enfants qui n’auront pas reçu les onze vaccins obligatoires « ne rentreront pas à l’école ou en crèche », a souligné dimanche 22 octobre la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Ne pas remplir cette obligation vaccinale, qui concerne les enfants nés à partir du 1er janvier 2018, n’entraînera pas d’autre sanctions, a-t-elle rappelé.

« Il me semble que c’est suffisant comme sanction. Il n’y a pas besoin de rajouter une sanction pénale ou financière », a dit la ministre. Elle a réaffirmé que, selon elle, la sanction « ne sert à rien ».

« Je veux une prise de conscience collective, a-t-elle encore déclaré. Il ne faut pas qu’ils exposent les autres enfants, notamment les enfants malades qui ne peuvent pas se vacciner ou qui ont été traités pour un cancer, à des virus. »

« Je voudrais rassurer les Français. Aujourd’hui, il y a huit enfants sur dix qui font ces onze vaccins du calendrier vaccinal (…) Mon objectif est de passer à neuf enfants sur dix pour éviter les épidémies. Ce sont les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé pour tous les pays du monde, ce n’est pas une lubie d’Agnès Buzyn », a assuré la ministre.

Les députés avaient voté mercredi en commission l’extension des obligations vaccinales pour les jeunes enfants, après un vif débat, certains élus, dont la LREM Blandine Brocard, mettant en avant le risque de renforcer la « défiance » des Français. La mesure, prévue dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2018, prévoit de porter à onze le nombre de vaccins obligatoires à partir du 1er janvier, contre trois actuellement. Elle devra être revotée dans l’hémicycle, comme c’est d’usage pour les budgets.

Source : AFP