Esclaves en Libye: Le « cri du cœur » d’Alpha Blondy face à une « situation révoltante, humiliante »

Il appelle « toutes les personnes qui ont été choquées » par les images de migrants vendus comme esclaves « d’assiéger toutes les ambassades libyennes. »

Esclaves en Libye: Le « cri du cœur » d’Alpha Blondy face à une « situation révoltante, humiliante »

« Mais qu’est-ce que vous attendez donc?! » Le chanteur ivoirien Alpha Blondy s’indigne de l’inaction des pouvoirs africains face au sort des migrants, vendus comme esclaves en Libye. Des images venues d’un autre temps, que les caméras de CNN ont pu capter et diffuser mardi 14 novembre, braquant ainsi les projecteurs sur la plaque tournante du trafic d’êtres humains qu’est devenu le pays du Maghreb.

« Permettez-moi de vous interpeller pour vous dire que nous peuples Africains qui comptions sur vous pour nous défendre et pour nous protéger, nous sommes surpris et stupéfaits par votre silence devant la situation révoltante, humiliante et inacceptable que vivent vos ressortissants, nos frères, nos sœurs, nos fils et nos filles vendus comme esclaves en Libye », lance-t-il dans une vidéo publiée sur sa page facebook à l’adresse des « présidents de l’union Africaine » et « de la CEDEAO. »

« Vous et vos services de renseignements avez dû voir le reportage de CNN sur la vente aux enchères en tant qu’esclaves de vos ressortissants, en captivités en Libye (au moment même où je vous parle). Qu’est-ce que vous attendez pour réagir et intervenir??? Mais qu’est-ce que vous attendez donc?!

Ce cri du cœur n’est pas un appel à la violence, mais je demande à tous les Africains et à toutes les personnes qui ont été choquées par cet acte qui constitue un crime contre l’humanité d’assiéger toutes les ambassades libyennes dans leur pays respectifs, jusqu’à la libération totale de tous les captifs en territoire libyen. Si les présidents de l’union Africaine et de la CEDEAO nous donne l’impression d’avoir demissionnés alors la société civile est obligée de prendre ses responsabilités devant l’histoire… », lance le chanteur ivoirien.

Ci-dessous, les images de ce marché d’esclaves récupérées par CNN.

Source : huffingtonpost.fr