États-Unis : des néonazis font fortune grâce au bitcoin

La flambée du bitcoin permet à certains de faire de belles plus-values. Parmi eux, comme le raconte Mashable, des groupes américains d’extrême droite.États-Unis : des néonazis font fortune grâce au bitcoin

La hausse du cours du bitcoin fait des heureux. Cette monnaie virtuelle née en 2008, dont la valeur a pour la première fois atteint 10 000 dollars à la fin du mois de novembre, a continué à flamber pour dépasser les 15 000 dollars. Si le bitcoin est sujet à des variations brutales de son cours, ceux qui ont investi sur cette valeur en récoltent actuellement les fruits. C’est le cas par exemple des jumeaux Winklevoss, à qui Mark Zuckerberg aurait « volé » le concept du réseau social Facebook, qui sont devenus cette semaine les premiers milliardaires en bitcoins.

C’est aussi, comme le raconte Mashable, le cas d’une partie de l’extrême droite, l’« alt-right », et de certains groupes néonazis, comme l’a prouvé John Bambenek. Ce chercheur en cybersécurité a créé sur Twitter un bot (un compte automatisé à qui l’on demande d’effectuer des actions spécifiques) nommé @NeonaziWallets pour suivre l’activité des « bitcoins wallets » (portefeuilles bitcoin) affiliés à l’extrême droite. Interrogé par le magazine américain Red Herring, il a expliqué qu’il avait eu l’idée d’exercer cette surveillance à la suite des événements de Charlottesville (Virginie) l’été dernier. « En faisant quelques recherches, j’ai vu qu’ils faisaient de la publicité pour des portefeuilles bitcoin pour obtenir des dons. J’ai vu que The Daily Stormer avait vraiment de l’argent et que cela valait donc la peine d’enquêter. »

« La cryptomonnaie des nazis »

The Daily Stormer, c’est ce site d’actualité faisant la promotion des mouvements racistes et suprémacistes de l’extrême droite américaine et dont le fondateur, Andrew Anglin, estime d’ailleurs que le bitcoin est « la cryptomonnaie des nazis ». Selon John Bambenek, le Daily Stormer a reçu près d’un million de dollars de dons sous forme de bitcoins, le site possédant déjà 300 000 dollars dans son portefeuille. Un pactole qui a évidemment profité de la forte hausse de la monnaie ces dernières semaines.

Comme l’explique Business Insider, les groupes néonazis américains se sont tournés vers le bitcoin après avoir été bannis de plateformes comme PayPal ou GoFundMe après les troubles de Charlottesville. Richard Spencer, à l’origine du terme alt-right, avait lui aussi déclaré que la cryptomonnaie était associée à son mouvement.

Source : Le Point