Fake News : Emmanuel Macron annonce une loi pour renforcer le contrôle d’internet en période électorale

FAUSSE INFORMATION – Emmanuel Macron a annoncé , lors de ses voeux à la presse, une loi pour renforcer le contrôle d’internet en période électorale afin de lutter contre les « fake news », des fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux grâce à des liens parfois payés par des annonceurs anonymes.

macron-voeux-dd0d43-0@1x

Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu’un  « texte de loi » allait être déposé « prochainement » pour lutter contre les « fake  news » sur internet en « période électorale ». Ou plus précisément pour démasquer les personnes, partis ou institutions qui financent, anonynement, la propagation de fausse rumeur sur les réseaux sociaux.

« Nous allons faire évoluer notre dispositif juridique pour protéger la vie  démocratique de ces fausses nouvelles », a déclaré le chef de l’Etat lors de ses  voeux à la presse. « Les plates-formes se verront imposer des obligations de  transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés afin de rendre publique l’identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter  les montants consacrés à ces contenus ».

En cas de propagation de fausse nouvelle, il sera possible de saisir un juge

« En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le  juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de  supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte  utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet », a-t-il  poursuivi. Macron a également annoncé que les pouvoirs du Conseil supérieur de  l’audiovisuel (CSA) « seront accrus pour lutter contre toute tentative de  déstabilisation par des services de télévision contrôlés ou influencés par des  Etats étrangers ». Une allusion à peine directe à sa propre campagne présidentielle.

Pendant celle-ci, Emmanuel Macron avait dénoncé le rôle « d’organes d’influence » et de « propagande mensongère » de deux médias financés par la Russie : RT et Russia Today. « On va se dire les choses : en vérité Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes mais comme des organes d’influence », avait estimé ensuite le président lors de la visite de Vladimir Poutine à la fin du mois de mai 2017.

Surveiller les médias pour qu’il n’y ait pas de fausse information, de « fake news », c’est intéressant… mais c’est très dangereux, a réagi le journaliste d’investigation Gérard Davet, co-auteur du livre « Un président, ça ne devrait pas dire ça. »

L’exemple de la campagne américaine

Le contrôle des fake news en période électorale  n’est pas une question franco-française. Aux Etats-Unis, plusieurs dizaines de millions d’Américains ont été exposés à une ou plusieurs fausse information pendant la campagne présidentielle. Une partie d’entre elles étaient des contenus « sponsorisés »par des comptes activés depuis la Russie.

Source : LCI