Faut-il avoir peur du vapotage? Six rumeurs démystifiées par la science

La presse à sensation et les sites « à click » multiplient les articles anxiogènes sur le sujet. Le Pr Martin Dockrell, directeur du programme sur le tabac du Public Health England (PHE), balaie six mythes sur le vapotage dans un article publié hier sur le site officiel de l’organe de santé publique anglais. « Il y a beaucoup d’inexactitudes et d’idées fausses sur le vapotage. Ce billet se penche sur les mythes les plus courants et présente les faits », explique t-il en s’appuyant sur la récente mise à jour du rapport scientifique du PHE ayant sélectionné et révisé plus de 400 études internationales sur le vapotage.
834260-a-man-smokes-an-electronic-cigarette-vaporizer-also-known-as-an-e-cigarette-in-toronto
 
« Malgré les sujets dans les médias parfois confus, et confondants, sur la sécurité du vapotage, il y a un consensus croissant autour des connaissances. Bien qu’il ne soit pas totalement sans risque, le vapotage est beaucoup moins nocif en comparaison du tabagisme. Cette évaluation est soutenue par nombre d’organismes clés, notamment le Cancer Research UK (CRUK), l’Action on Smoking and Health (ASH), le Royal College of Physicians (RCP), la British Medical Association et, récemment, un important organe scientifique américain, la National Academies of Sciences, Engineering and Medicine », rappelle en préambule le Pr Martin Dockrell.
Mythe 1 : la « maladie du pop-corn »
C’est la rumeur préférée des sites sensationnalistes. A l’origine de la rumeur, des ouvriers d’une usine américaine de pop-corn, utilisant massivement du diacétyle pour parfumer leur produit d’une saveur beurrée, ont été atteints à l’orée des années 2000 de bronchite obstructive, une maladie pulmonaire très rare. « Bien que le diacétyle est désormais interdit comme ingrédient des liquides de vapotage au Royaume-Uni, il a été détecté par le passé dans certains arômes d’e-liquide, mais à des niveaux cent fois inférieurs à ceux de la fumée de cigarette. Or même à ces niveaux, le tabagisme n’est pas un facteur de risque majeur pour cette maladie rare », précise le Pr Dockrell. En fait, les cas de malades liés au diacétyle ont été exposé à des doses des milliers de fois supérieures à celle détectées dans les « pires » liquides de vapotage avant l’entrée en vigueur des normes européennes. Contrairement à un mensonge colporté par des sites douteux, aucun cas de malade n’est apparu.
Mythe 2 : l’absence de réglementation et de connaissance
Dans l’Union Européenne (UE), l’implémentation au niveau national des articles relatifs au vapotage de la directive sur les produits du tabac (TPD) dote les pays d’une réglementation. « Les produits de vapotage sont soumis à des normes minimales de qualité et de sécurité, ainsi qu’à des exigences d’emballage et d’étiquetage pour fournir une information nécessaire aux consommateurs pour faire des choix éclairés », précise le PHE. Si ces normes et obligations d’avertissements sont discutables, c’est plutôt par excès de principe de précaution. La composition et un ensemble de tests des produits mis sur le marché sont obligatoirement notifiés aux autorités de santé, l’Agence des médicaments et des produits de santé (MHRA) pour le Royaume-Uni. C’est aussi le cas en France, même si la Ministre de la santé ne semble pas au courant.
Mythe 3 : la peur de la nicotine
« Quatre fumeurs sur dix croient à tort que la nicotine cause la plupart des cancers liés au tabagisme, alors que les preuves scientifiques montrent que la nicotine ne comporte qu’un risque minime pour la santé », souligne le Pr Dockrell. La nicotine fait partie des raisons de fumer, mais ce sont les milliers de substances chimiques produites dans la combustion du tabac qui sont les causes de maladies. « Le vapotage ne dégage pas de goudron ni de monoxyde de carbone, deux des éléments les plus nocifs de la fumée de tabac. Il contient certains produits chimiques trouvés dans la fumée de tabac, mais à des niveaux beaucoup plus bas », explique le responsable du PHE sur la base des recherches scientifiques.
 
 
 
Mythe 4 : le spectre du vapotage passif 
 
Le tabagisme passif est nocif. Même sans fumer soi-même, inhaler dans un lieu clos la fumée de cigarettes a des conséquences sanitaires. C’est la raison justifiant les interdictions de fumer dans les lieux publics fermés et les lieux de travail. « Ces lois ne couvrent pas le vapotage et les organismes sont libres d’établir leurs propres règles sur l’utilisation du vapotage dans leurs locaux », rappelle le PHE concernant le Royaume-Uni. Contrairement aux cigarettes, qui se consument entre deux bouffées émettant ainsi l’essentiel (environ 85%) de ses rejets dans son environnement proche, il n’y a pas d’aérosol émis directement dans l’atmosphère par la vape. Seul est rejeté l’aérosol expiré par le vapoteur, qui en a absorbé la majeure partie des substances. « Le dernier examen des données de PHE montre qu’à ce jour, aucun danger pour la santé n’a été identifié pour l’entourage », souligne le Pr Dockrell. Précisant cependant que des personnes souffrant d’asthme ou d’autres affections pulmonaires peuvent être sensibilisés aux irritants dans l’air. ce qui peut inclure le vapotage.
Mythe 5 : la « théorie de la passerelle » du vapotage amenant les jeunes au tabagisme
 
Des jeunes expérimentent le vapotage. Mais la plupart ne font qu’essayer et ne l’adoptent pas. « Notre rapport n’a trouvé aucun élément pour soutenir l’inquiétude que le vapotage serait une voie vers le tabagisme pour les jeunes. Les enquêtes britanniques montrent que les jeunes expérimentent le vapotage mais son usage régulier est rare et confiné presque entièrement à des jeunes déjà fumeurs. Tandis que le tabagisme des jeunes au Royaume-Uni continue de baisser », résume clairement le spécialiste de santé publique.
 
Mythe 6 : le vapotage est un cheval de Troie de Big Tobacco pour maintenir le tabagisme
C’est une théorie du complot très répandue chez les opposants à l’approche de réduction des méfaits. Certains allant jusqu’à prétendre que le vapotage empêche d’arrêter de fumer. « Il n’y a actuellement aucune preuve suggérant que le vapotage encourage les gens à continuer de fumer – les données au Royaume-Uni suggèrent le contraire », démystifie le Pr Dockrell. Plus de la moitié des 2,9 millions de vapoteurs britanniques actuels, soit environ 1,5 millions ont totalement arrêté de fumer. Auxquels s’ajoutent plus de 770’000 personnes qui ont arrêté de fumer puis arrêté de vapoter. « Dans le même temps, les taux de réussites de sevrages tabagiques ont augmenté et nous constatons une accélération de la chute du taux de tabagisme, qui atteint un record du niveau le plus bas à 15,5% de fumeurs [de plus de 15 ans] en Angleterre », insiste le responsable du PHE.
 
Le Pr Dockrell conclue cette brève démystification des fausses rumeurs les plus répandues dans les médias et internet: « En résumé, le vapotage et les cigarettes ne sont pas similaires et ne doivent pas être traitées de la même manière. Il est important que les sept millions de fumeurs anglais aient conscience de ces différences et puissent avoir une information adéquate pour faire leurs choix de santé. Le vapotage n’est pas totalement sans risque mais il ne comporte qu’une fraction du risque du tabagisme et il aide des milliers de fumeurs à s’en sortir et rester non-fumeurs ».