Le FN comptait 100 000 adhérents selon Le Pen, 50 000 selon la réalité

Le parti d’extrême droite a mentionné mercredi un peu plus de 51 000 membres à jour de cotisation en novembre, alors que sa patronne en revendiquait deux fois plus un mois plus tôt.

1067236-societe-politique-front-national

Le Front national compterait aujourd’hui un peu plus de 51000 adhérents à jour de cotisation. Un chiffre presque deux fois inférieur aux 100 000 que revendiquait Marine Le Pen mi-octobre. Mercredi, dans un communiqué au sujet de la «grande consultation» de ses sympathisants, dans le cadre de la «refondation» engagée par la dirigeante frontiste après les législatives, le secrétaire général du FN, Steeve Briois, a dit que «le questionnaire de 80 questions» a été envoyé «à nos 51 487 adhérents à jour de cotisation au 19 novembre». Mi-novembre, lors d’une conférence de presse présentant ce questionnaire à la presse, les porte-parole du Front national, Julien Sanchez, Jordan Bardella et Sébastien Chenu, avaient en outre évoqué le chiffre de 81 000 adhérents «statutaires», c’est-à-dire à jour de cotisation il y a un an et moins.

Mercredi, sur France 2, Le Pen a aussi parlé de 53 000 adhérents. Et l’ancien numéro 2 du parti, Florian Philippot, qui a claqué la porte du FN début septembre pour lancer le mouvement souverainiste Les Patriotes, a immédiatement moqué un parti d’extrême droite «en chute libre». «En dégringolade totale. Ils viennent d’ailleurs de lâcher le chiffre de 51 000 adhérents, moi je pensais qu’ils étaient 100 000», a-t-il ironisé sur Sud Radio.

Qualité de réflexion

Selon une source au Front national, le parti comptait environ 63 000 adhérents un peu avant le premier tour de la présidentielle. Des documents internes montrent que le chiffre a connu une légère augmentation en juin (+1,34%) pour fortement baisser en juillet (-3,11%), août (-2,5%) et septembre (-2,5%). Chute qui ne s’est pas endiguée le mois suivant et a même, semble-t-il, accéléré. A ce rythme, le Front national comptera un peu plus de 45 000 adhérents en mars, au moment du congrès «refondateur» du parti.

Depuis sa double défaite à la présidentielle et aux législatives, le Front national peine à se faire entendre sur la scène médiatique et se montre incapable d’occuper la place de premier opposant à la politique du gouvernement qu’il estime lui revenir depuis l’accession de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle.

Après une longue pause cet été, la dirigeante frontiste a engagé une «refondation» de son parti à la rentrée, avec une tournée dans une dizaine de villes en France, en direction des militants, ce questionnaire de 80 questions portant sur la future ligne du parti et l’éventualité d’un changement de nom, et un congrès «refondateur» en mars à Lille. Elle est seule candidate à sa succession, ce qui n’aide pas à passionner les foules frontistes. En septembre, Florian Philippot est parti du FN avec une poignée d’élus seulement, dont des députés, et des d’assistants parlementaires. Cela n’a pas créé le tsunami annoncé au sein du parti d’extrême droite, mais celui-ci a beaucoup perdu en termes de qualité de réflexion.

Pincettes

Philippot incarnait la professionnalisation d’un parti qui, depuis, se cherche une stratégie politique franche. Un peu plus de six mois après la présidentielle, l’abandon de la question de la souveraineté monétaire, qui pourtant faisait partie de ses thèmes de campagne, n’a débouché sur aucune proposition claire de substitution. Le repositionnement identitaire du FN n’a pas non plus fait émerger pour l’instant de nouveaux champs d’action. Un «virage» qu’a par ailleurs regretté Florian Philippot.

Le président des Patriotes, qui inaugure le siège de son parti lundi à Saint-Ouen, assure, lui, que son mouvement compte 6 000 adhérents. Un chiffre à prendre avec des pincettes, tant il a évolué ces derniers temps, dans une période pourtant peu propice à l’engagement militant. La semaine dernière, Les Patriotes comptaient par exemple 5 500 adhérents, selon Philippot, et ils étaient 5 000 la précédente. Selon une source au Front national, le mouvement «n’avait en réalité que 280 adhérents en septembre, et ne devrait pas dépasser les 500 aujourd’hui». Information évidemment invérifiable.

Source : Libération