En France, les sans domicile fixe meurent en moyenne à 49 ans

En moyenne, les SDF décédés ont passé un peu plus de 10 ans dans la rue.

Senior homeless caucasian male sleeping rough outdoors

Louis est mort, près de son banc de pierre, à 66 ans. Après plus de dix ans ici, il était devenu une figure du quartier même si, parfois, il buvait trop. Il fait partie des 499 sans-abri morts dans la rue en 2016.

Ses fils ignoraient qu’il était à la rue. Après son divorce, cet Alsacien, tour à tour musicien, banquier, prof de philo ou propriétaire d’un château, selon les témoignages recueillis par le collectif Les morts de la rue qui a publié ce jeudi 26 octobre son 5e rapport annuel, avait coupé tout lien avec ses proches.

Depuis 2012, le nombre de personnes sans domicile fixe mortes dans la rue est en hausse, avec une stabilisation autour de 500 décès par an depuis 2014, selon le rapport. Ce décompte correspond aux signalements reçus par le collectif et n’est pas exhaustif, précise-t-il, estimant que le chiffre réel serait environ six fois supérieur.

Les femmes SDF meurent à 46,3 ans en moyenne

Ce sont majoritairement des hommes, jeunes, qui meurent après un long parcours de ruesemé de ruptures. Vivre à la rue conduit à mourir à 49 ans en moyenne, soit près de 30 ans plus tôt que la population masculine en France, selon les statistiques du collectif.

Entre 2012 et 2016, 47 d’entre eux étaient des mineurs de moins de 18 ans. Trente-cinq avaient moins de 15 ans.

Nabidullah avait 14 ans lorsqu’il est mort, fauché par un camion. Ce jeune Afghan qui vivait seul dans la « Jungle », le bidonville où s’entassaient des milliers de migrants jusqu’à fin 2016 à Calais, tentait de rejoindre la Grande-Bretagne.

« Les jeunes sont surreprésentés parmi les personnes SDF et les décès SDF, comparativement à la population générale », souligne le collectif. En comparaison, les décès sur la voie publique ou lieux publics représentent 1,2% des décès dans le reste de la population.

Les femmes, qui représentent 40% des personnes SDF selon l’Insee, meurent plus jeunes : 46,3 ans en moyenne.

Le nombre de sans-abri en France était estimé à 141.500 en 2012 par l’Insee. Près de la moitié sont implantés en Ile-de-France.

69 suicides enregistrés entre 2012 et 2016

Dans la moitié des cas, les causes du décès sont inconnues. Pour le reste, la plupart des causes sont externes (accident, agression, suicide), « avec une nette surreprésentation des accidents et des agressions par rapport à la population générale », souligne le rapport. La majorité des décès surviennent pendant les mois d’hiver.

Les sans-abri ont passé en moyenne 10,3 ans à la rue avant de mourir. Parmi eux, un sur trois a vécu ses derniers moments dans des lieux « non prévus pour l’habitation » (voie publique, abri, squat).

C’est le cas de Michel, trouvé dans un square avec une plaie à la tête. Comme de Victor, mort sur son matelas au coin d’une bouche de métro : quand le marchand de journaux s’est inquiété de ne pas le voir se lever, il a appelé les pompiers.

Lucien, lui, a été retrouvé dans sa cabane par un chasseur, près de trois semaines après sa mort. Il a été identifié grâce à ses papiers retrouvés sur place.

Au total en 2016, 51 corps ont été retrouvés plus de 24 heures après le décès. Pour trois d’entre eux, l’état du corps a rendu impossible l’identification et la détermination des causes du décès.

En Ile-de-France, on enregistre de plus en plus de suicides parmi les SDF : treize ont été signalés en 2016 dans la région, dont dix à Paris, contre 2,5 en moyenne par an depuis 2012, selon le rapport.

Au total, 69 suicides de personnes sans domicile fixe ont été signalés entre 2012 et 2016. Les sans-abri cumulent plusieurs facteurs de risque pouvant mener au suicide, explique le collectif: schizophrénie, addictions aux substances illicites et à l’alcool, ou encore antécédents d’hospitalisation psychiatrique.

Source : huffingtonpost.fr