Quand François Fillon offrait 300.000 euros à Nicolas Sarkozy

Patrick Stefanini, le directeur de campagne de François Fillon a dévoilé dans son livre ce petit échange de bons procédés.

Révélation : le cadeau de 300.000 euros de Fillon à Sarkozy

La primaire de la droite et du centre n’a pas encore livré tous ses secrets. Un an après la victoire surprise et écrasante de François Fillon, un épisode jusqu’à présent inconnu remonte à la surface. Un arrangement financier que Patrick Stefanini, son directeur de campagne, évoque en dix lignes dans son livre* mais que Paris Match a pu éclaircir. L’histoire débute le 13 janvier 2017 dans les bureaux de Nicolas Sarkozy, rue de Miromesnil à Paris. Ce jour-là, l’ancien président invite le vainqueur de la primaire à déjeuner. Ils sont en froid. Trop occupé à dévaler les pistes de Val-d’Isère entre Noël et le Nouvel An, l’orgueilleux François Fillon a ignoré les appels répétés de Nicolas Sarkozy, qui a tenté de le joindre.

François Fillon veut garder les 3,3 millions d’euros de dons de ses électeurs pour lui

A la rentrée, leurs directeurs de cabinet respectifs, Patrick Stefanini et Michel Gaudin, finissent par organiser la rencontre. Le jour du rendez-vous, François Fillon n’en mène pas large et se demande quel reproche il va encore entendre. Mais, à sa grande surprise, il découvre un Sarkozy tout miel. C’est même l’ex-patron des Républicains qui est demandeur. Il a, en effet, besoin d’argent. Battu à la primaire, il ne parvient pas à équilibrer ses comptes de campagne. Parti le dernier, à la fin de l’été 2016, Nicolas Sarkozy a levé moins de fonds (7500 euros au maximum par personne physique) que ses concurrents : Alain Juppé, François Fillon, ou encore Bruno Le Maire. Surtout, Les Républicains lui ont délégué pour la campagne sept permanents et prêté du matériel informatique. Après sa défaite cinglante, l’ex-président doit donc faire face à des échéances financières. Sa campagne lui a coûté environ 1,3 million et son ancien parti lui réclame… 300 000 euros. Dans le huis clos de ce déjeuner, les deux hommes vont sceller un «deal» financier, comme le confirme Michel Gaudin à Match.

« J’en ris encore », confie Stefanini à Paris Match

De retour à son QG, François Fillon est plutôt «guilleret» selon le témoignage de Patrick Stefanini. Le candidat demande à son directeur de campagne de «trouver une solution avec Les Républicains et Force républicaine [son microparti]» pour accéder à la demande d’aide de Nicolas Sarkozy et prendre en charge la dette de 300 000 euros. Le Sarthois a décidé de lui faire cette fleur. Il imagine sans doute que sa générosité lui permettra d’avoir définitivement la paix avec Sarkozy et ses lieutenants, dont beaucoup s’estiment mal traités par le vainqueur de la primaire. Nicolas Sarkozy lui a, en outre, apporté sans condition son soutien dès le soir de sa défaite.

Patrick Stefanini comprend vite que LR ne compte faire aucun cadeau à son ex-président. Il va donc puiser dans la cassette de Force républicaine. Un microparti richissime depuis qu’il a perçu quelque 15 millions d’euros, dont 10 gagnés grâce à la primaire. Un mois plus tard, le 15 février, Fillon retourne déjeuner chez Sarkozy. Malgré le «Penelopegate» qui plombe la campagne depuis les révélations du «Canard enchaîné» du 25 janvier, la rencontre est qualifiée de «chaleureuse». Et pour cause ! Stefanini a remis à François Fillon une enveloppe avec un chèque de 200 000 euros. «J’en ris encore», confie Stefanini à Paris Match, soulignant la «piètre image» renvoyée par l’ancien président décidément fâché avec les comptes de campagne. Ceux de 2012 avaient été rejetés par le Conseil constitutionnel.

Démissionnaire de la campagne le 3 mars 2017, Patrick Stefanini laisse sa place à Vincent Chriqui. C’est ce fidèle qui s’occupe du second et dernier versement. «Force républicaine a versé 100 000 euros à l’association de financement de Nicolas Sarkozy», confirme-t-il. «François Fillon souhaitait avoir de bons rapports avec Nicolas Sarkozy pour des raisons évidentes. Mais ces versements d’argent n’ont rien à voir avec ça», ajoute-t-il. Personne ne sait si cet étonnant «deal» a permis à Fillon d’amadouer Sarkozy, mais il a occupé au moins une partie de leurs conversations… Si cet accord peut surprendre entre deux concurrents, il n’a rien d’illégal. Les micropartis peuvent parfaitement verser des subventions à d’autres partis. «C’est même une pratique assez courante», assure Chriqui. Pas sûr, toutefois, que les militants fillonistes et adhérents de Force républicaine soient ravis de découvrir qu’une partie de leurs cotisations ont servi à boucher les trous de la campagne d’un Sarkozy impécunieux!

*«Déflagration», de Patrick Stefanini, éd. Robert Laffont.

Source : Paris Match