Une importante source de chaleur repérée sous l’Antarctique

L’Antarctique absorbe aujourd’hui beaucoup de chaleur « par le haut », un foyer à mettre au crédit de plus de deux cents ans d’activité humaine. Mais il semblerait que le 6e continent se réchauffe également « par le bas ». Une mystérieuse source de chaleur, cachée sous la surface, semble en effet être à l’origine de sa fonte.

Une importante source de chaleur repérée sous l’Antarctique

Un article publié ce mardi 7 novembre par la NASA révèle la présence sous l’Antarctique d’un panache de magma à environ 2 kilomètres sous la surface de la région de la Terre Marie Byrd. Ce phénomène géologique consiste en une remontée de roches venant du manteau terrestre, dont la chaleur extrême pourrait expliquer la fonte et la fente des glaces observée à l’extrême Sud de notre planète. Une hypothèse qui avait déjà été envisagée il y a trente ans par des scientifiques de l’Université du Colorado, qui tentaient alors d’expliquer l’étrange structure en forme de dôme dans cette région de la partie occidentale de l’Antarctique.

La chaleur interne de la Terre réchauffe constamment la surface de notre planète, y compris la roche contenue sous les calottes glaciaires. Sous l’effet de la chaleur, les calottes fondent légèrement, mais l’accumulation de neige et de glace est généralement suffisante pour compenser ces pertes. Au fil des ans cependant, les chercheurs ont remarqué une anomalie à l’ouest de l’Antarctique. Ici même, l’amincissement de la calotte glaciaire est plus drastique, plus important que partout ailleurs sur le continent, selon les données satellitaires. Malgré le scepticisme de nombreux scientifiques, la Nasa a donc tout de même tenu à vérifier l’hypothèse avancée il y a 30 ans. Une imagerie numérique en 3 dimensions aura finalement permis aux chercheurs de déterminer qu’environ 150 milliwatts de chaleur géothermique par mètre carré étaient émis. Tout simplement colossale.

antarctica-under-ice

NSF/Zina Deretsky

Ce panache de magma, que les chercheurs estiment situé à environ 2 kilomètres sous la surface, est évidemment en lien avec la récente fonte de glaces observée dans l’ouest de l’Antarctique, attribuée au changement climatique généré par l’Homme. Il est en revanche beaucoup plus ancien que la période de réchauffement, et même que la calotte polaire, puisque celui-ci se serait formé il y a 50 ou 110 millions d’années, bien avant la formation de la couche de glace. Le réchauffement climatique ne fait depuis qu’accélérer cette fonte.

Source : sciencealert.com / sciencepost.fr