Cette intelligence artificielle a pour mission bien précise d’occuper les cyberarnaqueurs

Arnaquer les arnaqueurs par e-mail qui vous proposent 5 millions de dollars est désormais possible grâce à une intelligence artificielle néo-zélandaise.

Cette intelligence artificielle a pour mission bien précise d’occuper les cyberarnaqueurs

Cela nous est tous déjà arrivé : recevoir un mail d’un expéditeur inconnu, promettant, au choix, des millions de dollars, demandant de l’argent, ou proposant une rencontre. Oui, ce résident du Kenya qui vous demande votre numéro de compte est bien une arnaque. Mais tout le monde n’arrive malheureusement pas à décerner ces scams. C’est là qu’un nouvel outil appelé Re:scam entre en jeu.

Le site internet vient d’être dévoilé par l’organisation néo-zélandaise de sécurité en ligne Netsafe. Re:scam fonctionne extrêmement simplement : une fois un e-mail d’arnaque détecté, il suffit de le faire suivre à une adresse mail. Une intelligence artificielle prendra alors le relais et engagera une conversation, potentiellement sans fin, avec l’arnaqueur.

L’idée est de faire perdre un maximum de temps aux cyberarnaqueurs, en les assaillant de questions. Le service est ouvert à tous, mais pour l’instant, uniquement disponible en anglais à l’adresse me@rescam.org. Pour éviter d’être détectée, l’intelligence artificielle est capable d’utiliser différentes identités, de faire de l’humour et même des fautes d’orthographe, comme un humain normal.

Dans un des exemples mis en ligne par Netsafe, un e-mail demande des informations bancaires en échange d’un paiement de 5 millions de dollars par semaine et l’opportunité de rejoindre “la grande famille des illuminatis”. Plutôt drôle, Re:scam répond alors en demandant si les illuminatis « organisent des soirées bingo » et en proposant d’envoyer son numéro de compte, un chiffre à la fois.

« Nous nous inquiétons de la croissance du nombre d’e-mails d’arnaques, alors que les victimes sont pour la plupart complètement impuissantes », explique Martin Cocker, le président de Netsafe dans un communiqué. « Nous voulons donner au gens la possibilité d’agir, et c’est ce que Re:scam permet de faire. »

Le service permet d’éviter ce que le comédien anglais James Veitch avait réalisé à la main y a quelques années : l’humoriste avait répondu à de nombreux spams et avait mis en ligne ses échanges, la plupart du temps absurde. 20 000 emails ont jusqu’à présent été transférés à Re:scam, ce qui, d’après le site, a fait perdre un total de deux mois et 12 jours aux cyberarnaqueurs.

– Adapté d’un article original publié sur Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Source : Mashable