L​a Fondation Abbé Pierre s’attaque aux douches anti-SDF et autres dispositifs contre les sans-abri

Dans sa dernière campagne, lancée ce mercredi 6 décembre, la Fondation Abbé Pierre dénonce une nouvelle fois les installations anti-SDF qui se sont généralisées en France ces dernières années. Parmi elles : des jets d’eau récemment mis en place en plein coeur de la capitale à l’entrée d’un parking pour éloigner les sans-abri.

L​a Fondation Abbé Pierre s’attaque aux douches anti-SDF et autres dispositifs contre les sans-abri

Depuis plusieurs années, les installations anti-SDF se sont multipliées en France. Pics en béton, mobiliers inclinés, tout est bon pour faire fuir les sans-abri. A Paris cependant, ce type de dispositif controversé semble s’être encore perfectionné. « Une douche » pour empêcher les personnes à la rue de s’installer à l’entrée d’un parking souterrain a en effet été mise en place au cœur de la capitale, à quelques encablures de la rue de Rivoli. Muni d’un détecteur de mouvement, le système déclenche ainsi un jet d’eau froide à la moindre présence humaine. C’est là, devant le parking incriminé, que les militants de la Fondation Abbé Pierre ont décidé de lancer, ce mercredi 6 décembre, leur nouvelle campagne.

« Au lieu d’empêcher les SDF de dormir ici, offrons-leur un logement décent ailleurs », lit-on sur les affiches collées. « Nous, nous disons : plutôt que de faire la guerre aux pauvres, faisons la guerre à la pauvreté », explique en effet Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, dans Le Parisien. Et de déplorer des « procédés particulièrement violents par ce qu’ils représentent » alors que seuls 30 % des appels au 115 aboutissent actuellement à une proposition d’hébergement faute de moyens. La Fondation Abbé Pierre invite par conséquent les internautes à prendre des photos des dispositifs anti-SDF et à publier les clichés sur les réseaux sociaux sous le hashtag #soyonshumains.

Nouvelle polémique

Mis en cause, le responsable de la société propriétaire du parking se défend quant à lui face à des sans-abri décrits par certains riverains comme « agressifs » voire « violents ». « Mouiller quelqu’un ce n’est pas méchant », se justifie-t-il, tout en reconnaissant que la démarche puisse choquer. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que ces dispositifs font polémique. En 2007 par exemple, le maire d’Argenteuil, dans le Val-d’Oise, avait fait marche arrière après avoir tenté d’éloigner les SDF avec l’utilisation d’un spray répulsif.

Devant l’ampleur préoccupante du mal-logement, la Ville de Paris qui dispose de 10.000 places d’hébergement d’urgence, a d’ores et déjà annoncé que 1.000 places supplémentaires seraient débloquées dans le cadre du plan grand froid à partir du 10 décembre. La ville propose également d’aménager le Val-de-Grâce (propriété du ministère des Armées), vide depuis juin 2016, ou un terrain d’un peu plus de 1.000 m² situé dans la très chic banlieue de Neuilly-sur-Seine. Le terrain est actuellement utilisé comme un parking par un club de tennis et pourrait « se prêter à de l’hébergement modulaire », a de fait précisé dans le JDD ce week-end, Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris chargé du Logement.

Source : Marianne