L’évêque fait loger le prêtre pédophile chez sa victime

Jean-Sébastien* a dû affronter à nouveau le regard du père Régis Peyrard, qui sera jugé en novembre pour agressions sexuelles sur mineurs.L’évêque fait loger le prêtre pédophile chez sa victime

Extrêmement rares sont les prêtres à sortir du rang. A dénoncer par exemple, ouvertement, les manquements de leur hiérarchie dans la lutte contre la pédophilie. Mais les temps changent. Après le père Pierre Vignon qui, il y a près d’un mois, a lancé une pétition en ligne appelant à la démission de l’archevêque de Lyon Mgr Barbarin, c’est au tour d’un autre prêtre de dénoncer, dans nos colonnes, les « négligences » de son évêque.

Un clerc du diocèse de Saint-Etienne (Loire), qui a lui même été la proie d’un prêtre pédophile à l’adolescence, entend ainsi monter au créneau « pour le bien de l’Eglise ».

Agé de près de 60 ans, le père Jean-Sébastien*, qui tient à son anonymat pour « préserver » ses parents octogénaires, a été agressé sexuellement en juin 1976, lors de la préparation d’un camp de jeunes dans les Alpes, par le père Régis Peyrard. Un ancien aumônier âgé de 85 ans, qui a fait de nombreuses victimes entre les années 1970 et 1990 et qui doit être jugé en novembre pour agressions sexuelles sur mineur.

« Il m’a demandé pardon pour le mal qu’il m’a fait »

Il y a quelques semaines, « avant l’été », Jean-Sébastien, qui réside à Saint-Etienne dans une maison comprenant deux appartements appartenant au diocèse, s’est retrouvé, chez lui, face à son… agresseur ! Celui-ci vit actuellement en Ardèche. Il se rendait alors dans la cité stéphanoise pour y être auditionné par la gendarmerie.

L’évêque, Mgr Sylvain Bataille, 54 ans, a décidé de faire loger le père Régis Peyrard dans l’un des deux studios de la demeure, celui réservé à l’accueil des « personnes de passage ». Le prélat était pourtant au courant que Jean-Sébastien avait été abusé par cet « invité » il y a plus de 40 ans. L’entrée est commune aux deux hébergements. La victime et son prédateur d’autrefois se sont croisés.

« Un matin, alors que je voulais m’en aller discrètement, il m’a entendu dans les escaliers, il est sorti dans le couloir et il m’a demandé pardon pour le mal qu’il m’a fait. Il a également évoqué des informations que j’avais communiquées à l’évêque qui n’a donc pas respecté la confidentialité de notre échange », s’indigne l’ecclésiastique ordonné il y a 30 ans.

« Une maladresse », « une faute d’inattention »

Depuis, il est obligé tous les jours de « se pincer » pour y croire tellement il a été « sidéré » par l’attitude de son supérieur. « Je n’en dors plus, je suis épuisé », lâche-t-il.

Contacté, Mgr Bataille n’était « pas disponible » ce jeudi pour nous répondre. Dans son entourage, on précise qu’il « n’a pas réglé tous les détails » de cet hébergement et qu’il a missionné son « équipe » qui, elle, n’était « pas au courant de la situation de victime » du prêtre. On reconnaît néanmoins « une maladresse », « une faute d’inattention » dont l’évêque a « pleinement conscience ». « Il en est sincèrement désolé », répète le directeur de communication.

Mercredi soir, Mgr Bataille a, dans un courrier, directement demandé pardon à l’intéressé pour l’avoir autant blessé. « Pour la première fois, il a fait preuve de compassion. Jusqu’à présent, je n’avais jamais ressenti d’empathie. Je n’existais pas pour lui. Il y avait un manque radical d’estime, une sensation de mépris, une incapacité à reconnaître la souffrance », décrit-il.

20 ans de psychothérapie

Alors qu’il s’attendait « à trouver une main tendue » de la part de celui qui a mis en place, dans le diocèse, « une charte pour la prévention de la pédophilie », il a fait « l’amère expérience d’une morgue désespérante, d’une ignorance des profondes blessures générées par ces crimes ». La douleur est encore intense. Durant 40 ans, Jean-Sébastien, qui était « beaucoup dans le déni et la honte », a gardé le silence sur les attouchements subis. Il n’en a parlé que « récemment » à sa famille, après « 20 ans de psychothérapie ».

A ses yeux, ce qu’il a vécu au sommet de l’évêché « met au jour les dysfonctionnements de l’Eglise ». « Les bons réflexes de la hiérarchie face aux victimes ne sont pas là », prévient-il. Un dur constat établi à l’heure, pourtant, où la Conférence des évêques de France vient de se déclarer « triste et honteuse » des abus sexuels perpétrés par le clergé, ayant une « pensée d’abord vers ceux […] dont la vie a été marquée à tout jamais par des actes atroces ».

* Le prénom a été changé.

Source : leparisien.fr