La nouvelle vie dorée de François Fillon chez Tikehau Capital

On le croyait sonné par sa défaite. L’ancien candidat Les Républicains rebondit à merveille dans la finance. Il n’aura ainsi plus de comptes à rendre sur ses dépenses.

32c47a6f-2cc0-4d3e-87b3-4ea95deed1c5

Il n’aura pas perdu de temps. C’est dès le mois de mai dernier, soit quelques semaines après son échec à l’élection présidentielle, que François Fillon a fait la tournée des principales sociétés de gestion de fonds, à la recherche d’un nouveau job. Et le 1er septembre, bingo ! Il est devenu officiellement le trentième associé de Tikehau Capital, une pépite de la finance française. Un point du chute pas tout à fait dû au hasard : Anne Méaux, l’incontournable patronne de l’agence Image 7, qui assurait la communication de l’ex-candidat Les Républicains, compte en effet parmi ses clients… Mathieu Chabran et Antoine Flamarion, les créateurs et actuels patrons de Tikehau Capital.

Avec cette embauche, François Fillon va pouvoir mener grand train sans avoir de comptes à rendre à la terre entière. Combien va-t-il empocher ? Capital a enquêté dans ce milieu où la discrétion sur les rémunérations reste une des règles d’or. Selon nos informations, son salaire (bonus compris) devrait lui assurer un minimum de 300.000 euros annuels. Et comme il a investi dans le capital de l’entreprise, à l’instar des 29 autres associés, il sera également intéressé aux bénéfices. Quand on sait que Tikehau a dégagé 72,4 millions d’euros de résultat en 2016, il peut facilement espérer doubler sa rémunération.

>> À lire aussi – « On l’a bien niqué » : quand Sarkozy se lâche sur l’affaire des costumes de Fillon

Tikehau (un atoll polynésien), voilà un nom qui sonne bien. Cette société d’investissement créée en 2004 a rejoint très vite la cour des grands. Les deux fondateurs, biberonnés chez Merrill Lynch et Goldman Sachs, ont ainsi procédé à une augmentation de capital de 702 millions et introduit avec succès la société en Bourse au printemps dernier. Outre l’immobilier et la gestion d’actifs, l’entreprise s’est spécialisée dans le rachat de dettes d’entreprises. Elle gère plus de 10 milliards d’euros, emploie 170 personnes à Paris, Londres, Singapour, Milan, Bruxelles, Séoul, Madrid et bientôt New York. Opportuniste, Tikehau a aussi tenté cette année de prendre le contrôle d’Eurazeo, la société d’investissement bien connue de la place de Paris (actionnaire de Moncler, Desigual ou encore Léon de Bruxelles). La holding de la famille Decaux, appelée à la rescousse, a permis de faire capoter l’opération.

>> À lire aussi – La sortie de piste du frère de François Fillon : un bénévole payé 12 337 € brut par mois ?

François Fillon logera avec ses nouveaux collègues dans un immeuble moderne du très chic VIIIème arrondissement parisien, à deux pas du parc Monceau. Un quartier peuplé de banquiers, d’avocats d’affaires et de professionnels de la finance. Son bureau est aussi épuré que petit, 10 mètres carrés derrière une paroi vitrée. Peu importe : il a surtout vocation à démarcher les clients. “Il a vécu en direct les secousses du secteur financier pendant la crise de 2008, il connaît la musique. Et il a des contacts de très haut niveau”, explique Mathieu Chabran. Et ses ennuis judiciaires ? Tikehau ne semble pas s’en soucier. Tout comme en 2015 elle avait accueilli à bras ouverts Jean-Pierre Mustier, un des pontes de la Société générale éclaboussé par l’affaire Kerviel. “Aucun commentaire sur cette affaire, nous sommes concentrés sur notre développement”, élude Mathieu Chabran.

Source : capital.fr