Obama, Hollande, Clinton, Sarkozy… : combien gagnent-ils pour quelques minutes de conférence ?

Barack Obama sera samedi à Paris pour donner une conférence rémunérée à la Maison de la radio à Paris, à l’invitation des Napoléons. Comme lui, plusieurs anciens chefs d’Etat, de Bill Clinton à Nicolas Sarkozy, ont fait fortune en négociant à prix d’or leurs interventions après leur mandat.Obama, Hollande, Clinton, Sarkozy… : combien gagnent-ils pour quelques minutes de conférence ?

Barack Obama  donnera samedi à Paris, précisément à la Maison de la radio à Paris, une conférence à l’invitation des Napoléons. Il s’agit d’un réseau créé par deux publicitaires qui, chaque année, organisent des événements où se mêlent patrons et influenceurs. Comme souvent, pas la peine de chercher à y assister : la rencontre est privée. Et si Barack Obama s’y rend, ce n’est pas par philanthropie : il est (grassement) payé.

Comment ses prédécesseurs avant lui, Barack Obama, jeune retraité depuis janvier 2017, s’est lui aussi vite mis à donner ce type de conférences à travers le monde. Toutes très très bien rémunérées. En août dernier, il aurait ainsi été payé 400.000 euros pour intervenir lors d’un sommet organisé par la division de gestion de grosses fortunes de la banque américaine Northern Trust à New York. A la fin du mois de septembre dernier, il a participé à une conférence réunissant le gratin du secteur de la santé organisée par la banque d’investissement Cantor Fitzgerald à New York. Pour cette prestation, certaines sources ont indiqué qu’il avait perçu environ 400.000 dollars. Avant cela, depuis le mois de mai, Barack Obama s’était fait payer pour six prestations à l’étranger. « Les discours rémunérés ont permis au président Obama de contribuer pour deux millions de dollars aux programmes de formation et d’aide à l’emploi pour les jeunes de milieux défavorisés à Chicago », a indiqué un porte-parole de l’ancien président.

Bill Clinton, champion de ce « business »

Celui qui a le plus tiré profit de ces conférences rémunérées est sûrement Bill Clinton. En 2012, CNN avait calculé que depuis son départ de la Maison Blanche en 2001, l’ancien président américain avait gagné 75 millions d’euros pour ses allocutions. Rien qu’en 2011, par exemple, le mari d’Hillary Clinton a donné 54 conférences, la plus lucrative ayant été celle organisée à Hong-Kong par l’entreprise suédoise Ericsson : 638.000 euros. La même année, il s’était fait payer 596.000 euros pour une intervention au Nigeria et 468.000 euros pour une allocution en Chine. CNN ajoute également qu’en 2010, Bill Clinton a gagné 9,1 millions d’euros pour 52 événements.

L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair fait lui aussi partie des anciens dirigeants les mieux rémunérés. En moyenne, il toucherait entre 150.000 et 250.000 euros par apparition. En 2013, il aurait gagné jusqu’à 450.000 euros pour un discours de 2 h 30 aux Philippines. Selon les auteurs de Blair Inc, il aurait gagné ces dernières années 9 millions de livres, soit 10 millions d’euros, grâce à ses prises de paroles.

Je pars faire du fric comme Clinton, 150.000 euros la conférence. »Nicolas Sarkozy

Côté français, Nicolas Sarkozy a été le premier président à suivre ces homologues anglo-saxons sur cette voie. Il a lui aussi multiplié les conférences rémunérées depuis la fin de son quinquennat. En 2014, il s’était produit à 6 reprises (à la chambre du commerce de Montréal, lors de la conférence SALT, pour la banque Goldman Sachs et le groupe indien Tata, et enfin pour la conférence Access). Les sommes auraient varié entre 75.000 et 200.000 la prestation. En 2008, Le Point révélait qu’après son élection, Nicolas Sarkozy avait déclaré : « Je fais ça pendant cinq ans, et ensuite, je pars faire du fric comme Clinton, 150.000 euros la conférence. » Mission réussie donc.

De son côté, François Hollande s’est également lancé dans ce « business » : le 17 octobre, il  a donné sa première conférence rémunérée au « World Knowledge Forum » de Séoul, en Corée du Sud. L’ancien président n’a toutefois pas dévoilé combien il avait été payé pour sa demi-heure d’intervention, et rien n’a fuité.

Mais si l’on se base sur les sommes perçues par Nicolas Sarkozy avant lui ou par ses homologues étrangers, François Hollande a dû être rémunéré plusieurs dizaines de milliers d’euros pour sa prestation.

Source : LCI