Tiangong-1 : comment suivre la chute de la station spatiale chinoise en direct

La station spatiale chinoise Tiangong-1, hors de contrôle depuis deux ans, progresse plus lentement que prévu, et pourrait n’entrer dans l’atmosphère terrestre que lundi 2 avril.

Tiangong-1 : comment suivre la chute de la station spatiale chinoise en direct

Mise en orbite en 2011, hors de contrôle depuis 2016, la station spatiale chinoise Tiangong-1 (« Palais céleste ») doit retomber sur Terre autour du 2 avril. Selon les prévisions précedentes de l’Agence spatiale européenne (ESA) et de la Nasa, la chute devait intervenir entre le 31 mars, dans l’après-midi, et le 1er avril, en début de journée. Dans un communiqué publié samedi, l’ESA donne une nouvelle fenêtre comprise entre dimanche après-midi et lundi matin.

L’agence explique le ralentissement de la chute de Tiangong-1 par une météo spatiale désormais plus calme. Un flot de particules solaires aurait dû accroître la densité dans la haute atmosphère et précipiter le plongeon de la station. Mais elle n’a pas eu l’effet prévu
Il est impossible d’établir une projection plus précise. « La veille de la rentrée, vous avez une précision de l’ordre de 2 heures. 2 heures, c’est 60.000 km », expliquait il y a quelques jours Christophe Bonnal, expert des débris spatiaux au Cnes.

Tiangong-1 va être capturé par l’atmosphère vers 100 ou 110 km d’altitude. Il lui restera alors 20 ou 30 minutes de descente, que l’on appelle la rentrée atmosphérique. Lancé à une vitesse de 30.000 km/h, l’engin va alors perdre ses principaux éléments. Les panneaux solaires et les antennes vont se détacher. L’échauffement thermique va ensuite faire fondre l’essentiel des matériaux. Seule une toute petite partie de la structure de la station va atteindre la terre ferme. Les experts évoquent des pièces de quelques dizaines de kilos.

Il est impossible d’établir précisément où va retomber la station. Selon les experts, la chute interviendra dans une zone comprise entre les latitudes 42,8° Nord et 42,8° Sud. Une large bande comprenant l’Afrique, la Chine, l’Amérique du Sud, une partie des États-Unis et le sud de l’Europe. Perpignan est dans la zone. Mais il y a beaucoup plus de chances pour que les débris tombent dans une zone non habitée car la surface de la Terre est composée à 70% d’eau, 10% de désert et 10% de forêt ou de jungle.

Plusieurs sites vont permettre de suivre la rentrée atmosphérique de la station plus ou moins en temps réel. Virtual Telescope propose des observations en direct, SatflareSatview ou N2YO.com donnent à voir la position de la station selon les dernières données récoltées et Aerospace offre de nombreuses informations sur la position, l’altitude ou la vitesse de la station. Des informations seront également proposées sur les comptes Twitter de l’ESA, du CNES et de la NASA. Des sites annoncent des vidéos en temps réel.

Source : RTL