Trump a déjà menti 1628 fois depuis le début de son mandat

Depuis un mois, il aurait même accéléré le rythme et triché avec la vérité jusqu’à neuf fois par jour, selon le décompte du Washington Post.

donald-trump-a-une-conference-de-presse-a-hanoi-au-vietnam-le-12-novembre-2017_5977094

Un moyenne de 5,5. C’est, depuis son arrivée au pouvoir fin janvier, le nombre de mensonges ou de déclarations trompeuses proférées par Donald Trump au quotidien. « Le président est en passe d’atteindre 1999 avant la fin de sa première année de mandat », selon le Washington Post qui publie ce bilan chiffré. Soit pas moins de 8000 mensonges d’ici 2021 si le président américain poursuivait ainsi d’ici la fin de son mandat.

Mensonges à répétition

Et encore, cela pourrait dépasser ce nombre si le rythme des mensonges continue de s’accélérer: au cours des 35 derniers jours, il est passé à la bagatelle de neuf mensonges par jour! « Nous comprenons mieux pourquoi nous sommes si fatigués dernièrement », ironise l’équipe de désintox du journal.

Le secret de cette performance spectaculaire de Donald Trump résiderait dans sa tendance à se répéter. Il y aurait ainsi 50 déclarations trompeuses qu’il a répétées au moins trois fois.

Au hit-parade des mensonges, la déclaration préférée du président concerne l’Obamacare, un système « pratiquement mort » selon Trump. Or, l’assurance-santé pour pour tous, mise en place par le prédécesseur de Trump, fonctionne plutôt bien, selon l’office du Budget du Congrès américain lui-même.

Les journalistes mis en cause

Autre tendance au coeur du président américain, s’attribuer des succès -des signatures de contrats notamment- qui étaient déjà annoncés avant même son arrivée à la Maison-blanche, et pouvaient facilement être retrouvées par une recherche sur internet.

La situation économique est aussi l’un des sujets sur lesquels tient souvent un discours confus, voire trompeur. « Nous préparons la plus grande baisse d’impôts de l’histoire », « les États-Unis sont parmi les pays qui taxent le plus », deux affirmations fausses, répétées chacune plus de 30 fois.

Le Washington Post profite de son décompte pour regretter que le Président, en choisissant de s’exprimer de préférence dans des médias amis, ne soit guère mis face à ses contradictions. « Nous désespérons que les pseudo-journalistes qui l’interrogent ne contredisent jamais le discours du président », écrit le journal.

Source : lexpress.fr