Tsipras recadre Mélenchon : « Nous, nous sommes à gauche pas seulement en paroles »

Le leader de Syriza répond à celui qui, fin janvier, a demandé son exclusion du Parti de Gauche européen pour complaisance avec l’austérité.

16426886

En trois ans, le Premier ministre grec, Aléxis Tsípras, leader du parti de gauche radicale Syriza, a sorti son pays du déficit budgétaire, réformé les retraites (qui ont beaucoup diminué), lancé un grand programme de privatisations… Le leader de Syriza serait-il devenu un traître, « répondant toujours plus servilement aux diktats [libéraux] de la Commission européenne », comme l’accuse Jean-Luc Mélenchon qui, fin janvier, a demandé son exclusion du Parti de Gauche européen ?

Interrogé par « l’Obs », Tsípras lui rétorque :

« Nous sommes plus à gauche que Mélenchon. Nous, nous sommes à gauche en pratique et pas seulement en paroles. »Il ne cache pas que l’exercice du pouvoir est contraignant, mais met en avant un chiffre : « Nous avons créé plus de 300.000 emplois depuis 2015. » Et une bonne nouvelle pour ses concitoyens : la sortie du plan d’aide européen et de la tutelle bruxelloise, qui devrait être officielle cet été.

« Greece is back. Notre obsession n’est pas de revenir à l’époque où les gouvernements ne pensaient qu’à dépenser plus, mais de créer plus d’emplois », assure Tsípras, qui parle sans complexe de « compétitivité », tandis que ses ministres mettent en avant sa politique sociale, pourtant loin de faire oublier aux Grecs leur perte de pouvoir d’achat.

Source : nouvelobs.com