Un œuvre vidéo de poulets vivants en train de « brûler » fait polémique à Lyon

L’art contemporain est souvent destiné à choquer le spectateur. C’est probablement ce qu’a voulu faire l’artiste Adel Abdessemed au musée d’art contemporain de Lyon (MAC Lyon) que les défenseurs de la cause animale ont épinglé. Sur une des œuvres vidéo de l’artiste franco-algérien, filmé par un visiteur du musée choqué, on y voit des poulets – vivants – suspendus par les pattes contre un mur en train de « brûler ».

Un œuvre vidéo de poulets vivants en train de « brûler » fait polémique à Lyon

Les défenseurs des animaux parlent de « pure maltraitance » alors que les défenseurs de l’art, dont le musée lyonnais, parlent d’une « allégorie de toutes les violences ». Contacté par La Dépêche du Midi, le MAC Lyon se défend : « Nous exposons une oeuvre vidéo, pas des poulets. Dans celle-ci, Adel Abdessemed utilise un produit spécifique (comme dans les trucages au cinéma) qu’il a d’ailleurs utilisé sur lui dans Je suis innocent« , explique le musée qui affirme que la technique n’occasionne pas de brûlure à la peau ». Selon le musée, « la séquence ne dure que quelques secondes et est montée en boucle » pour cette œuvre intitulée « Printemps ».

Le MAC Lyon nous confirme que les poulets étaient bien vivants dans la vidéo, « et toujours après aussi, l’artiste assure avoir pris toutes les précautions », précise-t-il.

La vidéo, filmée par un visiteur lyonnais, et postée sur Twitter avait été vue plus de 210 000 fois dimanche après-midi. Elle avait été partagée plus de 15 000 fois notamment par la Fondation Brigitte Bardot qui demandait des explications au MAC Lyon.

Dans la présentation de l’artiste sur le site du MAC Lyon, il est dit qu’Adel Abdessemed « est connu pour ses œuvres fortes, en phase avec le flux d’images et la tension du monde actuel ». Il est réputé pour « des œuvres « coup de poing », jusqu’au fameux « Coup de tête » de Zidane à Materazzi figé dans le bronze« .

Source : ladepeche.fr