VIDÉO. Moustapha, 42 ans, licencié par Mc Donald’s « pour un sandwich à 2 euros »

Moustapha Debza est travailleur handicapé. Du moins il l’était, jusqu’à ce que son employeur ne décide de le licencier. Lui qui, « durant près de dix ans », a travaillé au Mc Donald’s de TNL, dans le centre de Nice, sans qu’on n’ait « jamais rien eu à [lui] reprocher », explique avoir été « viré pour un sandwich à 2 euros » .

licencié par Mc Donald’s « pour un sandwich à 2 euros »

La direction locale de ce restaurant franchisé depuis près d’un an confirme « le licenciement de cet employé » sans toutefois souhaiter en « commenter la justification« . La notification de la décision de son employeur que Moustapha a reçue ce mercredi par lettre recommandé – et que nous avons pu consulter – est toutefois explicite.

L’employé de Mc Do n’aurait pas « respecté les procédures repas en vigueur« . Il aurait en outre « menti à son supérieur » pour tenter de dissimuler « un vol de produits« . En l’occurrence, un egg-cheese et un gobelet d’Ice-Tea. Ce que conteste catégoriquement Moustapha.

« MA MÈRE AVAIT ÉTÉ HOSPITALISÉE LE MATIN MÊME »

Les faits remontent au 9 novembre dernier. Ce jour-là Moustapha s’apprête à prendre son service. « Il était aux alentours de 10 h 10. Je m’étais déjà mis en tenu. » L’employé ne doit prendre ses fonction que 20 minutes plus tard. Il décide donc d’en profiter pour combler un petit creux.

« C’est vrai que je n’ai pas respecté la procédure, reconnaît-il. Théoriquement, j’aurais dû passer de l’autre côté du comptoir pour passer ma commande. mais, j’étais perturbé ce jour-là. Ma mère avait été hospitalisée le matin même« , se justifie ce travailleur handicapé.

Toujours est-il qu’il aurait demandé à sa collègue de lui encaisser un egg-cheese. Prix public 2 euros 30. « Mais on a droit à une réduction de 30% en tant qu’employé« , explique Moustapha qui concède s’être servi directement mais assure avoir « posé une pièce de 2 euros à côté de la caisse« .

« JE N’ACCEPTE PAS DE ME LAISSER TRAITER DE VOLEUR »

Le problème c’est que la transaction n’a jamais été enregistrée. « Ma collègue m’a dit qu’elle n’avait tout simplement pas entendu ce que je lui avais dit », assure Moustapha. Quant à la pièce elle aurait « glissé sous la caisse« . « Ils l’ont retrouvé après, assure l’ex-employé de Mc Do, mais c’était trop tard. » Il avait été mis à pied sur le champ par son directeur.

Son licenciement pour faute grave vient d’être confirmé. Moustapha Debza entend bien le contester devant les prud’hommes. Il en fait une question de principe : « Après presque dix ans de travail dans ce restaurant, je ne peux pas accepter de me laisser traiter ainsi de voleur pour un sandwich à 2 euros ! »

1- Contactés, le directeur de ce restaurant tout comme son superviseur n’ont pas souhaité faire de commentaire.

Source : Var Matin