La dette mondiale atteint de nouveaux records

L’ensemble des dettes sur la planète représente 237.000 milliards de dollars. Un niveau historique.

2167916_la-dette-mondiale-atteint-de-nouveaux-records-web-tete-0301544473078

S’il y a un indicateur qui ne cesse de monter, c’est bien celui de la dette mondiale. Selon une étude de l’Institute of International Finance (IIF), publiée lundi, l’ensemble des dettes accumulées à travers la planète a atteint un nouveau record à la fin 2017.

Au total, les créances cumulées des Etats, des entreprises et des ménages représentent 237.000 milliards de dollars (192.000 milliards d’euros). Entre le troisième et le quatrième trimestre 2017, le montant global de la dette a augmenté de 11.000 milliards de dollars (226.000 milliards d’euros) , soit l’équivalent du PIB annuel de la Chine.

Des ménages très endettés

Selon l’IIF, cette hausse s’explique notamment par deux facteurs. D’une part, la progression globale du niveau de la dette des ménages, en particulier dans les pays développés. Et à ce petit jeu, c’est l’Europe qui est la zone géographique la plus touchée.

La dette des ménages en pourcentage du PIB est  au plus haut en France, en Belgique, au Luxembourg, en Norvège, en Suède et en Suisse. Seuls les ménages irlandais et italiens affichent des niveaux d’endettement en pourcentage du PIB inférieurs à 50 %.

D’autre part, les niveaux de ratios de la dette historiquement élevés dans des pays comme l’Argentine, le Nigeria, la Turquie ou la Chine. Ces pays sont touchés, au-delà de la hausse de la dette de leurs ménages, par la forte hausse de la dette de leur secteur financier, selon l’IIF.

317,8 % du PIB mondial

A noter toutefois que si la dette mondiale atteint un record en termes de valeur, elle continue de diminuer par rapport au PIB mondial. Son ratio, par rapport à la richesse planétaire, a diminué à la fin de l’année.

Grâce à la croissance de l’économie mondiale, dans les pays émergents et  en Europe, il a reculé de près de 7 points de pourcentage au quatrième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Pour atteindre tout de même… 317,8 %.

Source : lesechos.fr